J+367

Publié le par Malice

Bonjour à tous !

 

J'ai loupé le J+365 il y a deux jours mais je me dit qu'il faut quand même que je marque le coup, que je vous dise ce qui se passe en ce moment, comment je vis les derniers jours... Ne serait-ce que pour m'en souvenir dans quelques jours, semaines, mois, années... Pour me souvenir que l'image toute rose que je garderai des Philippines, la chaleur et la nostalgie qui y sera liée ne devra pas me faire oublier que parfois ce n'était pas si facile...

 

Et oui, sur les 365 que j'ai passé ici, la majorité a été inoubliable. Je pense qu'en reprenant mon planning et en pointant un jour au hasard je peux me souvenir exactement ce qui s'est passé ce jour là.

Le bilan que je fais pour le moment est TRES positif. Je suis HEUREUSE : heureuse d'avoir vécu cette expérience exceptionnelle, d'avoir découvert les Philippines de la plus belle manière qu'il soit : par ses sourires, son innocence, son hospitalité, son Espérance... Par ses enfants, par toutes ces familles si pauvres et pourtant si dignes, si simples, si belles... Par toutes ces personnes engagées et au service des autres. Heureuse de toutes les rencontres que j'ai faites, des liens qui ce sont créés avec les responsables de programmes, mais aussi avec les autres volontaires. Heureuse de me sentir ici chez moi et de garder pour toujours au fond de mon coeur toute la richesse de cette année, des regards, des sourires, des rires, des paroles échangées...  L'Amour.

 

Et pourtant sur les 365 jours passés ici il y a aussi eu des moments durs, des moments de fatigue morale et physique intenses, des moments de ras-le-bol, d'impatience, d'incompréhension... Des moments de manque aussi : de la France, de mes repères, de ma famille, de mes amis, (de gruyère rapé et de p'tit rosé ! ;))... Difficile de se retrouver un an avec soi-même, avec ses questions et ses remises en question, avec sa consicence... Difficile parfois de faire la part des choses entre la mission et la vie privée : on nous avait prévenu, "la mission c'est votre vie et votre vie c'est votre mission", contrepartie de la grande autonomie dont j'ai disposé tout au long de l'année : je pouvais toujours faire davantage, je n'étais "pas là pour moi" ! Mais parfois notre vie ne peut-être QUE notre mission parce qu'en un an il nous faut aussi vivre pour nous. On touche ses limites, on découvre qui on est... Et cette mise à l'épreuve que je n'avais pas anticipée (j'étais bien présomptueuse !) m'a gênée souvent, mais au final elle m'a fait grandir et avancer. Mûrir peut-être aussi !

 

Mais sur ces 365 jours, JAMAIS je ne me suis demandé ce que je faisais ici. Jamais je n'ai remis en question mon choix. C'était dur parfois mais le jeu en valait la chandelle et la plupart du temps c'était BEAU, c'était GRAND ! D'ailleurs qui suis-je pour me plaindre ?

 

Pendant 365 jours (et même davantage parce que l'aventure a commencé avant mon départ pour les Philippines) je me suis sentie soutenue et aimée. Vous m'avez suivie, vous m'avez aidée (financièrement aussi !), vous êtes venus me voir, vous m'avez écrit, texté, téléphoné, skypé. Les encouragements, les preuves d'amitié... Je les compte par centaines, parfois elles venaient même de personnes inattendues, elles m'ont toutes beaucoup touchées, beaucoup apportées.... Vous avez continué à me faire partager les nouvelles de votre vie, nous étions loin mais nous sommes restés proches ! J'ai mesuré à quel point le socle sur lequel je pouvais m'apuyer était solide, la chance que j'avais de vous avoir. Je ne peux résumer tout cela qu'en un immense MERCI qui ne sera d'ailleurs jamais assez grand !!!

 

Le départ approche... Mélange d'appréhension et d'excitation. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis impatiente de vous retrouver, de vous serrer dans mes bras, de vous parler, que nous puissions discuter sans retenue, partager, rire...Vous retrouvez tels que nous nous sommes quittés... avec 365 jours de plus...  Cette joie me permet d'atténuer ma peur. Peur d'oublier je pense, tout ce qui a été ma vie pendant un an, tout ce qui m'a touché, tout ce que j'ai découvert... Peur de retrouver ma "petite vie facile" mais qui est pourtant celle que j'ai envie de vivre, peur de retrouver mon quotidien et d'oublier la joie profonde que j'ai éprouvée dans le service des autres, de retrouver ce que j'ai quitté et qui a fini par ne plus me satisfaire...

 

Je suis partie un an. Je repars au moment où je commence à bien connaître les enfants, les RP, au moment où je fais vraiment avancer les choses, au moment où je suis utile... J'aurais pu rester une année de plus, j'ai estimé que je n'en aurais pas le courage... Sentiment d'avoir reçu plus que ce que ce que j'ai donné, sentiment d'abandon parfois, je pars, ils restent. Nous nous sommes rencontrés, nous avons partagés, ils m'ont ouvert leur coeur... Ils n'ont pas choisis les trottoires de Manille pour apprendre à marcher... J'ai eu la chance de naître dans un bel hôpital et d'avoir pu m'enrichir encore plus ici de ce qu'on ne trouve pas (plus ?) en France. Je me suis contentée de semer ce que j'ai eu la chance de recevoir en abondance. Il n'y a aucun mérite à donner ce dont on dispose à profusion... Et pourtant, je n'ai pas vocation à consacrer ma vie aux autres, je n'ai pas cette force. J'admire (au combien !) ceux qui le font. Comme dirait le Père Daniel, "La force vient d'ailleurs"... Sans doute. 

 

A la formation, on nous a dit qu'il y avait 3 sortes de tailleurs de pierre dans la carrière : celui qui dit "je casse un caillou", celui qui dit "je gagne ma croûte" et celui qui dit "je construis une cathédrale". Je suis heureuse d'avoir pu me dire chaque jour que j'étais une pierre de ce magnifique édifice. Les parrains, les filleuls, les responsables locaux, les salariés et les bénévoles de l'assoc', les volontaires, vous tous qui me lisez... nous avons tous notre rôle à jouer. Nous sommes tous là pour aggrandir la cathédrale et pour la rendre encore plus belle ! Si une pierre se casse, l'édifice ne tombe pas, si on en rajoute il est encore plus majestueux.

 

Je suis partie un an pour mettre à profit ce que je suis. Je n'ai pas changé, vous me retrouverez comme vous m'avez quittée. Je souris toujours autant (j'ai d'ailleurs été surprise qu'on me le fasse remarquer, même ici où le sourire est roi !), j'aime toujours autant faire la fête, raconter des bêtises et même renverser de l'eau sur la table et taper dessus ! Ca a surpris ce qui sont venus me voir : "tu n'as pas changé, en fait !"... Non "en fait"... Tout comme les quelques kilos que j'ai perdu n'ont pas profondément changés mon apparences physique, l'année que j'ai vécu n'a pas profondément changé qui j'étais... Une évolution, une amélioration, une meilleure estime de moi... Ca oui peut-être... J'espère !

 

J'ai apporté ce que je pouvais, j'ai reçu plus que je n'aurais pu l'espérer, je suis heureuse de rentrer, triste de partir... Je ne pensais pas écrire autant, c'est peut-être confus... Difficile d'exprimer ce qu'on ressent, les contradictions des sentiments... Il y a beaucoup trop de choses à dire, certaines difficiles à exprimer. Ce que je mets derrière les mots, peut-être l'interprèterez-vous différemment... On en reparlera dans 2 semaines !!!

Je pars, ils restent, je serai remplacée, l'action continue ici. Il y a beaucoup d'autres projets dans lesquels s'investir, beaucoup de choses à changer, à améliorer au bas de notre porte. A moi de jouer ! L'aventure continue !!!!

 

Et du coup je ne vous ai pas parlé de ce que je faisais ce moment et bien en gros je dis au revoir et je prépare le terrain pour les suivants ! Beaucoup de moments très émouvants et encore beaucoup à venir ! C'est MAGIQUE !!!!!!!!

 

GEDC9208--Resolution-de-l-ecran-.JPG

Enfants du programme d'Allaguia, despedida au cours de laquelle on m'a fait l'honneur de me vêtir de l'habit traditionnel Kalinga ! La classe :) Et maintenant, avec quelques mamans :

GEDC9210--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Commenter cet article

Ian Bahuet 07/08/2010 14:46


Merci pour nous avoir fait vivre votre voyage avec ces nouvelles régulières. ayant fait partie de la Délégation EDM à Toulouse et maintenant sur les Seychelles, je l'ai suivit avec intérêt. Je
pense que ce voyage restera marqué à jamais dans votre esprit et effectivement il se passe beaucoup de choses quand on revient.
Bon retour de mission, profitez bien de votre famille et de vos amis et bonne continuation pour la suite.

Ian Bahuet
Maia Resort Luxury & Spa. Mahé/Seychelles


Mélissa 06/08/2010 05:50


Je suis certaine que tu te souviendras de cette aventure toute ta vie, tu auras contribué d'une grande façon à faire de ce monde un monde meilleur, tous les petits gestes que nous posons sont
important. Ce qui me chagrine le plus dans ton départ, c'est que je ne pourrai plus voir toutes ses belles images de ce beau pays que j'ai appris à connaître depuis un peu plus d'un an maintenant,
et j'ai beaucoup appris à travers tes écrits. Nous ne nous rencontrerons jamais, mais je sais que je visiterai ce beau pays un jour prochain et que ce jour je rapporterai avec moi à mon retour un
morceau de ce pays et que du même coup j'y laisserai un partie de mon coeur comme ça a du être le cas pour toi. Une partie de toi restera pour toujours dans ce beau pays, bon retour chez toi,
profites de chaque instant, nous n'avons qu'une vie à vivre, il ne faut pas la regretter.

Bisoux

Mélissa maman de Pénéloppe 9ans, Jérémie 7ans et en attente de son petit soleil Philippins depuis un gros 9 mois maintenant...xx


ana 05/08/2010 23:29


t'as pas honte de faire pleurer les "pauv'gens" qui te suivent sur ton blog !!!!! merveilleux témoignage que tu nous fait là ! tu dis que tu n'as pas la vocation d'y dédier ta vie, et alors ??? le
fait que tu t'es occupée de ces enfants pendant 1 an: c'est énorme ! je sais que c'est désarmant de recevoir autant de gens qui n'ont pas le tiers de notre confort et accès aux soins etc mais ce
que tu leurs donne sa ne s'écrit pas, sa se vit !
bisoussssssssss


Rémi 05/08/2010 11:01


Bon comme je n'arrive pas à poster de commentaire avec mon téléphone, je suis obligé de connecter avec l'ordi de mon boulot pour dire : superbe article. Je te fais confiance pour profiter de tes
derniers moments sur place!!
C'est pour quand le retour?
Gros bisous, rémi


Malice 06/08/2010 04:04



Salut (fidèle) Rémi ! Merci beaucoup pour ton message ! J'arrive le 17 à Paris et je m'y réinstalle à partir de début octobre, du côté de Nation ! L'avantage c'est que comparé à Manille les
transports vont me paraître bien simple, je pourrais donc venir en pélerinage dans le XVIIème !


Je t'embrasse bien fort, bonnes vacances (?) et à très bientôt !!


Alice



Patatarte 05/08/2010 10:54


waou! Je suis sciée par ton article...magnifique! et surtout pas décousu ou difficile à suivre comme tu le crains!
hate de te retrouver!!!!!!!!!

T'embrasse fort et bravo pour ce superbe article vraiment très "emotionnalisant"...