Poverty Street

Publié le par Malice

L’autre jour j’avais rendez-vous avec Ate Judith de l'association He Cares pour aller visiter de nouveaux filleuls. Dans ce programme, la majorité des filleuls sont issus de la rue. Les huit nouveaux que j’ai rencontrés ont été recueillis dans des maisons, ce qui leur permet d'être logés, nourris, encadrés et scolarisés.
Comme le but est qu’ils retournent "chez eux", enfin disons plutôt avec leur famille, une fois que leurs parents pourront les assumer, j’ai demandé à Judith s’il était possible de rencontrer leur famille. (Entre nous, je pense qu’ils sont partis pour rester de nombreuses années dans le centre…)

Nous partons donc, direction l’église Saint Paul. Sur le chemin nous rencontrons la maman de Frances. Elle part aussitôt chercher la maman d’Angel qui arrive avec le petit dernier dans les bras : Brayan, 3 ans, un T-shirt et les fesses à l’air !

La maman de Frances a 9 enfants agés de 18 à 1 an. Son premier mari est parti. Elle en a un nouveau qui est... en prison… Elle vend des colliers de fleurs pour subsister. Deux de ses filles ont été recueillies dans le centre d’He Cares.

La maman d’Angel a quant à elle 8 enfants de 24 à 3 ans, et plus de dents. Elle vend également des colliers de fleurs. Son mari et ses 3 fils aînés aident les voitures à se garer. Ses 2 filles aînées sont mariées.

Après cette petite discussion, Judith me demande si je veux aller voir « their place ». Je réponds l’équivalent de « oui carrément ! » et nous partons. Un croisement de rue plus tard, nous nous arrêtons : "it's here ! Do you want to take a picture ?". Je regarde autour de moi et ne vois rien : enfin si un trottoir sous le haut-vent de l'église. "Aaaah d'accord !!! c’est ce trottoir là, ah bah attends c’est génial, ils sont abrités..." Je m’attendais bêtement à trouver au moins quatre planches et un morceau de tôle, mais non, même pas…
« Their place, it's here ! ANYWHERE ! »

Mais ce n’était pas fini. Nous avons ensuite rendu visite à la grand-mère de Rosselle. Elle a tellement de petits-enfants qu’elle ne sait plus les compter ! Chez elle, c’est ici :

  
Lonilo Oronos a 66 ans. Elle vit ici depuis 1995. L’hôtel nextdoor lui apporte de l’eau pour se laver, les toilettes c’est dans la rue. Pendant le typhon, elle a trouvé refuge dans l’hôtel, l’eau est montée au-dessus du parasol.

Nous finissons par les parents de Romel, qui vivent sous le pont là-bas. Mais qu’est ce que c’est que cet attroupement ? Ah, il semble qu’on est en train de tourner un film, seront-ils là ? Mais oui ! Les voici, au milieu des écrans et des caméras !

Teresita a 6 garçons. Petite devinette : « Sachant que les 3 aînés ont 13, 11 et 9 ans et que les suivants ont 4, 3 et 1 an, que s’est-il passé entre 2000 et 2005 ? »
Réponse : Durant ces années, Romio, le premier mari, est parti et Teresita en a rencontré un nouveau...
Et la fin de l’histoire c’est que d’ici 5 mois, Cendry ne sera déjà plus le « petit dernier »…
En voyant son ventre rond, je m'intéresse et commence cette phrase : 

" -     When will she…, je cherche mon mot en me tournant vers Judith
  -          Stop ??, me propose-t-elle
  -          No, give birth !! », ai-je répondu amusée...

A Manille, de nombreuses associations agissent pour essayer de sauver certains enfants de la rue. Elles vont à leur rencontre la nuit ou en proposant des feeding programs et essayent de récupérer certains enfants volontaires. Le processus est ensuite long pour les stabiliser et leur faire retrouver le chemin de l'école...


   







   Rosselle                Angel                   Romel                 Frances

Publié dans Sur ma mission

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alice 07/11/2009 10:06


Très intéressant témoignage de la réalité quotidienne. Merci,
Amitiés


Pate a tarte 07/11/2009 08:59


merci pour tes articles tjs aussi interessants, amusants, et très bien écrits!!